Aïe le thaï ?

Au début, les manipulations peuvent faire un peu mal: pour la médecine chinoise, la douleur est une stagnation d’énergie ou de sang (hématome) ou de liquide organique (oedème). Plus on se fait masser, moins on souffre – parce que tout cela se résorbe.

A base de pressions appuyées, de mobilisations et d’étirements – parfois spectaculaires-, il permet de se recharger, d’améliorer sa souplesse et de lâcher prise. C’est une approche forte, où le corps est réellement mis en mouvement. On l’appelle le yoga des paresseux, les postures (asanas) étant réalisées avec la très active contribution du praticien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s